LE MAGAZINE DE LA
2e JOURNÉE DU DIGITAL
25 OCTOBRE 2018

digitalswitzerland

Social Media

Données & confiance

Travail & profession

Vie & société

Sponsored

LE MAGAZINE DE LA 2e JOURNÉE DU DIGITAL 25 OCTOBRE 2018

Like-moi
Benjamin Rüegg*

Ils sont symbole de statut et modèle d’affaires: les «likes» sur les réseaux sociaux. Régulièrement truqués, parfois de manière éhontée.

Cri d’amour numérique: cette œuvre de street art à Vancouver a obtenu 45 000 «likes» la première heure.
iHeart

Instagram n’avait pas d’algorithme avant d’être reprise par Facebook. Il a été introduit en août 2016. Depuis, le fil d’Instagram n’est plus affiché par ordre chronologique, mais hiérarchiser par Instagram pour les utilisateurs. Avant, vous pouviez poster une photo à 17h et être sûr de recevoir beaucoup d’appréciations et de commentaires, parce que les gens étaient en route pour la maison. Désormais, Instagram détermine quelles photos sont affichées en haut du fil, ce qui engendre de nouvelles méthodes côté utilisateur pour détourner l’algorithme:

1. Groupes Whatsapp

L’algorithme d’Instagram récompense les messages obtenant beaucoup de «likes» et commentaires dans les 30 à 60 premières minutes. Il existe donc des groupes dits «d’engagement» sur Whatsapp et Telegram, pour chaque sujet imaginable (mode, fitness, auto, etc.) avec souvent des centaines de participants. Celui qui a publié un nouveau message sur Instagram poste immédiatement le lien dans le groupe correspondant. Tout le monde doit aimer ou commenter le poste, même sans connaître la personne (voir l’encadré sur les règles de ces groupes). En Russie, Telegram Messenger est encore plus populaire que Whatsapp: les groupes Whats-app ne peuvent avoir «que» 256 participants, alors que chez Telegram c’est 30 000. Certains groupes d’engagement Telegram comptent plus de 8000 participants.

2. «Powerlikes»

Les «powerlikes» sont des «likes» de grands comptes réels. Les fournisseurs de «powerlikes» ont plusieurs dizaines de grands profils Instagram offrant plusieurs centaines de millions de «followers». A l’achat d’un «powerlike», on reçoit des «likes» de ces comptes, ce qui influence positivement l’algorithme et la portée.

3. «Unfollow-bots»

Les «follow/unfollow-bots» sont très populaires. Ces robots suivent automatiquement jour et nuit certains profils, puis arrêtent de les suivre quelques jours plus tard. C’est une sorte de filet de pêche virtuel sur Instagram: les utilisateurs ignorants suivent en retour sans remarquer que le profil correspondant arrête de suivre subrepticement quelques jours plus tard. Cette astuce permet aux robots de rassembler de nombreux nouveaux «followers» en quelques jours. Instagram
ne permettant de suivre que 7500 comptes, ils doivent toujours garder l’équilibre et tôt ou tard arrêter de suivre des profils. Les «unfollow-bots» sont souvent utilisés par des marques et personnes influentes, parce qu’ils sont très efficaces sur de courtes périodes. Mais ils ne sont pas durables: qui éteint le robot, perd en fin de compte plus de «followers» qu’il n’en gagne. Un cercle vicieux.

4. Acheter des «followers»

La méthode la moins chère et la plus rapide: acheter des «followers». Bien que presque plus personne ne le fasse, cela se produit encore. Peu importe que ce soit 500, 5000 ou 50 000 «followers»: tant que vous payez, vous pouvez commander le nombre souhaité de «followers». Pour 9 dollars, vous obtenez 1000 «followers» de votre profil, 10 000 pour 65 dollars. Sans surprise, la qualité des «followers» est médiocre, la plupart d’entre eux n’étant pas des comptes réels: les nouveaux «followers» n’interagissent pas avec les nouveaux postes et disparaissent progressivement du profil, car Instagram détecte et supprime constamment ces comptes. Ce n’est pas efficace, mais le nombre de «followers» à l’air bon au premier abord. Certaines entreprises se laissent encore éblouir par le nombre de «followers»; mais le plus important est de savoir combien d’entre eux interagissent réellement avec le contenu, c’est-à-dire combien laissent des «likes» et des commentaires parmi les messages (engagement).

5. Acheter de l’engagement

Au lieu de simplement acheter 50 000 «followers», vous pouvez opter pour la version plus lente: les nouveaux «followers» ne sont pas ajoutés au profil d’un coup, mais à intervalles réguliers, par exemple 50 par jour. Si vous êtes prêts à dépenser davantage, vous pouvez acheter un faux engagement: les «followers» achetés écrivent ensuite des commentaires et aiment tous les nouveaux messages, ce qui au premier abord paraît vrai. Mais si vous examinez par exemple les commentaires de plus près, vous verrez que beaucoup ne contiennent que des émojis, sans faire référence à la photo.

6. Acheter des profils au marché noir

Même si les conditions générales d’Instagram l’interdisent explicitement, de grands profils Instagram sont vendus au marché noir. Le paiement s’effectue généralement en Bitcoin, les fournisseurs souhaitant rester anonymes. Quiconque achète un profil Instagram au marché noir se voit offrir la portée pratiquement sur un plateau d’argent: les comptes ont des milliers de «followers» et les fournisseurs promettent généralement un certain nombre de «likes» par message.

7. Acheter des «shout out»

Les grands comptes vendent souvent des «shout out» à de plus petits comptes. Une personne influente ou un grand compte poste une image d’un autre compte sur Instagram et lie/tag le profil correspondant, ce qui lui vaut quelques nouveaux «followers». Des marchés spécialement créés (p. ex. www.shoutcart.com) fournissent des grands comptes et encaissent jusqu’à 3000 dollars par «shout out».

*Benjamin Rüegg est développeur web et créateur de l’outil d’analyse d’influence www.likeometer.ch

Règles du groupe Whatsapp

  1. Ne bavardez pas, partagez juste votre lien Instagram
  2. Commentez et aimez la contribution des autres aussi vite que possible (en l’espace de 20 minutes).
  3. Ne postez qu’entre 19h30 et 20h30 pour économiser le temps des autres.
  4. Utilisez des hashtags pertinents dans vos contributions.
  5. Commentez avec au moins 3 mots et l’émoji correspondant.
  6. Ça ne marche que si tout le monde est actif. Qui n’est pas actif se fait virer.
  7. Plus il y a de monde dans un groupe, plus il est efficace.