LE MAGAZINE DE LA 
3e JOURNÉE DU DIGITAL
3 SEPTEMBRE 2019

Politique

digitalswitzerland

Société

International

Économie

Éducation

Journeé du digital 2019

Banques en difficulté

La numérisation restructure le secteur financier. Nouvelles offres, nouveaux acteurs, nouveaux défis.

Shutterstock

Trois lettres et un chiffre inquiètent les banques suisses: PSD2. L’abréviation de la direction européenne Payment Service Directive 2, mise en vigueur en janvier 2018. Ce qui signifie tout simplement open banking. Au fil des années à venir, les nouveaux prestataires devraient obtenir l’accès à l’infrastructure de toutes les banques du continent, afin de pouvoir réaliser des opérations financières pour le compte de leurs clients. Cela devrait doper la concurrence, valoir aux clients de meilleurs prix et favoriser les start-up fintechs.

Les banques suisses font de la résistance, décrivent la PSD2 comme peu sûre, se braquent et développent des interfaces alter­natives. Le projet Open Corporate API de l’entreprise commune SIX Group ressemble à la directive de l’UE mais obéit à une autre approche: l’échange de données ne se ferait pas sur le mode bilatéral entre telle banque et telle fintech mais par l’entremise d’une interface centrale de SIX.

Ce que l’on constate, c’est que la numérisation bouleverse le secteur bancaire. Il devient plus diversifié et international. Voilà des années que des géants de la Silicon Valley comme Google, Facebook et Apple se fraient un chemin. Les banques suisses réagissent au changement de comportement des consommateurs et s’adressent à leurs clients sur des terminaux mobiles, à l’aide d’applications simplifiées qui savent verser le salaire et opérer des paiements. Et des prestataires étrangers débarquent sur le marché suisse.

On voit toujours plus de prestataires fintechs s’activer dans le petit crédit via des plateformes blockchain. Et les crypto­monnaies prennent de l’importance. A en croire Coinmarketcap.com, il existe quelque 2300 cryptomonnaies pour une capitalisation de marché totale d’environ 275 milliards de dollars. Et la valeur des devises alternatives tend à grimper quand les bourses traditionnelles plongent.