LE MAGAZINE DE LA 
3e JOURNÉE DU DIGITAL
3 SEPTEMBRE 2019

Politique

digitalswitzerland

Société

International

Économie

Éducation

Journeé du digital 2019

Maître Thymio

Petit assistant numérique, grands effets. Le robot d’apprentissage Thymio inculque aux élèves de primaire des compétences numériques de manière ludique.

Il existe désormais un consensus entre le politique et l’économie: la numérisation bouleverse à toute vitesse les structures actuelles, exigeant de nouvelles voies et de nouvelles façons de penser. De ce fait, dans la plupart des secteurs, on restructure et on repense de fond en comble. La formation est elle aussi un thème clé. La compétence numérique doit être enseignée dès le jardin d’enfants et à l’école primaire, afin de rendre la prochaine génération prête à affronter le futur.

Parmi ceux qui y contribuent, il y a le robot d’apprentissage Thymio. Ce mini-enseignant clignotant a été présenté au public par la Computational Thinking Initiative (CTI) lors de la deuxième Journée du digital. Pour Marc Walder, fondateur de digitalswitzerland, cette initiative constitue un important premier pas dans la bonne direction: «Deux élèves de primaire sur trois exerceront un jour un métier qui n’existe pas encore aujourd’hui. La CTI donne une impulsion aux prochaines générations.»

Bourré de matière grise, ce robot d’apprentissage a été développé par le groupe Mobots de l’EPFL et l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Le logiciel a été fourni par l’Autonomous Lab de l’EPFZ. A Lausanne, le professeur Francesco Mondada et ses étudiants ont travaillé plus de dix ans sur les aptitudes du petit robot. Il en est né le nouveau chouchou des écoliers, un vrai robot à tout faire. Thymio enseigne non seulement aux enfants les matières de base et la programmation, mais aussi l’apprentissage de la «langue des robots» et le jeu avec ceux-ci, ainsi que l’utilisation de ses propres fonctionnalités.

Quelque 5000 Thymio sont désormais en service dans tout le pays. A moyen terme, cependant, le sympathique robot d’apprentissage est censé rouler dans toutes les classes primaires de Suisse. En outre, au moins un enseignant par école doit être en mesure d’inculquer le «computational thinking», estiment les fondateurs de la CTI, parmi lesquels digitalswitzerland, l’EPFL, la SUPSI tessinoise et Swisscom.

Pour atteindre cet objectif, quelques investissements s’avèrent nécessaires. Diverses mesures sont appliquées dans le cadre de la CTI: des modules de formation dans les hautes écoles pédagogiques, des cours en ligne dans tout le pays et un nombre croissant de projets concrets dans les écoles suisses visent à préparer le terrain pour la mise en oeuvre générale du concept. Afin que la génération montante soit aussi bien équipée que possiblepour l’avenir.